Valéry Giroux

Postes occupés

Années Postes
2012-2014 Coordonnatrice
2007-2011 Chercheur-e associé-e,
2006-2007 Boursier-e d'études supérieures,

Participations aux événements du CREUM

25 septembre 2013 Groupe de lecture
20 mai 2008 Débat sur l’éthique animale

Biographie

Après avoir obtenu un baccalauréat en droit de l’Université de Montréal (UdeM) (1997), j’ai passé les examens du Barreau du Québec et complété un stage en droit criminel chez Poupart & Marquis, ce qui m’a permis d’être inscrite au Tableau de l’Ordre du Barreau (2001). Profondément intéressée par les droits des animaux, j’ai ensuite fait une maîtrise en droit (UdeM) dont le mémoire portait sur le projet de réforme des infractions de cruauté envers les animaux du Code criminel canadien (2003). Afin de mieux comprendre les aspects éthiques de la question animale, j’ai enfin décidé d’entreprendre des études doctorales en philosophie (UdeM) et de rédiger une thèse sur la valeur morale des animaux et sur la validité des justifications offertes au soutien du spécisme. Ma thèse peut être consultée ici.

En voici un petit résumé:

Dans ma thèse, je pars de grands principes de justice pour démontrer que nous n’avons aucune raison moralement valable de refuser aux êtres sensibles nonhumains les droits moraux et légaux les plus fondamentaux.

Premièrement, je m’intéresse aux principes à partir desquels j’examinerai les droits de la personne les plus basiques. J’étudie le principe d’égalité voulant que les cas similaires soient traités de manière similaire ; la notion de droit fondamental, qui repose sur celle d’intérêt ; le principe de l’égale considération des intérêts auquel mène le principe d’égalité ; et, enfin, le concept d’intérêt, qui s’applique à tous les êtres sensibles. Cette première partie établit la nécessité d’accorder les droits les plus fondamentaux à tous les êtres qui ont les intérêts de base que ces droits visent à protéger.

Deuxièmement, j’entreprends mon étude des trois droits les plus fondamentaux et des intérêts qui les sous-tendent en examinant d’abord le droit à l’intégrité physique. Je montre que de nombreux animaux nonhumains sont des êtres sensibles et que tous les êtres sensibles ont, par définition, intérêt à ne pas souffrir.

Troisièmement, j’examine le droit à la vie pour soutenir qu’il est raisonnable de supposer que tous les êtres sensibles, parce qu’ils peuvent jouir des bonnes choses de la vie, ont un certain intérêt à persévérer dans leur existence, intérêt qui, peu importe son intensité ou sa nature, doit être protégé par un égal droit à la vie.

Quatrièmement, je montre que l’intérêt à être libre est généralement interprété négativement et ne consiste qu’à pouvoir agir sans subir d’interférence. Je poursuis en soutenant que cette acception du concept de liberté nous force à reconnaître l’intérêt à être libre de tous les êtres sensibles. J’ajoute finalement que l’interprétation républicaine de la liberté nous incite à admettre que ces animaux ont intérêt à jouir d’un statut égal à celui des humains.

Je termine cette réflexion en concluant que l’octroi du droit à l’intégrité physique, à la vie et à la liberté aux animaux sensibles implique que toutes les formes d’exploitation animale soient abandonnées et que tous les animaux conscients jouissent du statut égal de personne.

Publications:

Avec Carl Saucier-Bouffard, « Animal Justice as Non Domination » dans Oxford Handbook of Practical Animal Ethics, Palgrave Macmillan, À paraître

« Le droit à la liberté des animaux sensibles » À paraître

« Vers la liberté animale » (2011) 42 À Bâbord

«Des droits légaux fondamentaux pour tous les êtres sensibles » (2010) 16 Klesis

« Du racisme au spécisme : l’esclavagisme est-il moralement justifiable? » (2007) 2, 1 Argument, 79-107

« Le statut juridique de l’animal », (2002) 33/34 Conjonctures 31-51

Médias:

« Debout les bêtes! » Estrie-Express 30 novembre 2012

« Bien-être animal: la montée du welfarisme » La Presse 21 mai 2012

« Y a-t-il un argument moral pour la consommation de viande? » Sous le radar, Radio-Créum 19 novembre 2010

« Sans viande, toute notre sensibilité » Le Devoir 15 juillet 2009

« Les animaux ont-ils des droits? » Vous êtes ici, Radio-Canada, 21 mai 2008

Traductions:

Anna Charlton & Gary L. Francione, Eat Like you Care, À paraître

Avec Enrique Utria, Tom Regan « Le fondement moral du végétarisme » (2010) 16 Klesis

Gary Francione « Le principe d’égale considération et l’intérêt des animaux nonhumains à rester en vie : réponse au professeur Sunstein » (2008) 29 Les cahiers antispécistes

Gary Francione sur les droits des animaux et bien-être animal, 16 avril 2008, Paris

À propos de mes recherches:

Daniel Baril, « Faut-il accorder des droits fondamentaux aux animaux? » (2012) UdeM Nouvelles

Martin Gibert, « Peter Singer, la souffrance animale, la poule… et l’oeuf » (2011) Le Devoir

Compte-rendu de lecture:

Sur le livre Éthique animale, de Jean-Baptiste Jeangène Vilmer (2009) 48, 2 Dialogue